Conseils de nos leaders – Jessica Grenier

PRÉPARER LA RELÈVE : 4 STRATÉGIES POUR UNE TRANSITION RÉUSSIE

Être dans les affaires demande du temps et de l’organisation. Lorsque vient le moment de passer le flambeau, une analyse est cruciale afin de choisir la bonne stratégie de transition et ainsi éviter de devoir mettre tout simplement la clé sous la porte.

Avec le vieillissement de la population, de plus en plus d’entrepreneurs se rapprochent de la retraite. Selon une récente étude sur le repreneuriat au Québec, menée par l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), presque un propriétaire de PME sur quatre aurait l’intention de procéder à un transfert d’entreprise au cours des cinq prochaines années. Cela représente plus de 20 000 entrepreneurs québécois.

 

 

 

Jessica Grenier, spécialiste en relève entrepreneuriale, présente quatre stratégies qui peuvent être envisagées pour assurer la pérennité de l’entreprise au moment de céder les rênes.

 


La reprise familiale

Il s’agit d’une reprise par un ou des membres d’une nouvelle génération, indique Mme Grenier. « Historiquement, la reprise familiale était la plus envisagée par les entrepreneurs-dirigeants, rêvant d’une continuité de génération en génération. Pour plusieurs familles, c’est encore cette option qui est privilégiée. Toutefois, les recherches démontrent que la tendance est à la baisse au Québec et ailleurs. »

La reprise interne

Un ou des repreneurs identifiés sont des employés-clés de l’entreprise. Cette option peut prendre plusieurs formes, dont la coopérative. « Les transitions familiales et internes sont normalement plus longues que la reprise externe, souligne Jessica Grenier. L’employé ou l’équipe repreneuriale doit être bien préparé et connaître les rouages de l’entreprise. »

La reprise hybride

L’équipe de repreneurs peut aussi être « hybride », c’est-à-dire être composée d’un ou de deux membres de la famille associés à un ou à des employés clés. « Cette formule est souvent privilégiée pour optimiser la complémentarité des compétences et engager les ressources clés de l’entreprise dans la transition », explique la spécialiste.

La reprise externe

Dans certains cas, la vente peut s’avérer la meilleure solution, si aucun repreneur potentiel ne se manifeste. « Cette option a mauvaise presse, car on parle souvent des déménagements de sièges sociaux », indique Mme Grenier. La vente a toutefois du bon pour la continuité de l’entrepreneuriat, poursuit-elle. « Il existe beaucoup de repreneurs externes qui souhaitent poursuivre le développement de l’entreprise avec intégrité! Et il n’est pas rare de voir naître d’autres investissements de la part du cédant à la suite de la transaction. C’est une stratégie de sortie de plus en plus prisée. »

PRENDRE LE TEMPS D’ANALYSER

Un transfert d’entreprise réussi découle d’une longue réflexion sur la stratégie à adopter et du temps que l’on souhaite investir dans la démarche, insiste la spécialiste en relève entrepreneuriale. « Un transfert ne s’improvise pas en cinq minutes, dit-elle. Beaucoup d’entrepreneurs sous-estiment le temps requis pour arriver à un transfert réussi. »

Selon Jessica Grenier, il faut plusieurs années de préparation pour assurer une bonne transition. « Entre deux et cinq ans, estime-t-elle. Un entrepreneur qui prend d’abord le temps d’analyser pour choisir l’option la mieux adaptée à sa situation aura davantage de chance de trouver un repreneur dont le profil correspond à son type d’entreprise. C’est cela l’enjeu : il faut inciter les entrepreneurs à bien se préparer pour réussir leur transition. »

 

Jessica Grenier, spécialiste en relève entrepreneuriale, animera trois ateliers de codéveloppement destinés aux entrepreneurs d’expérience qui se questionnent sur la préparation de leur relève. Organisées par l’Académie d’excellence entrepreneuriale, les rencontres se dérouleront les 18 septembre, 23 octobre et 20 novembre 2019. Plus de détails ici.

Pour ne rien
manquer!

Abonnez-vous à notre infolettre et soyez les premiers informés des nouveautés.